mardi , 23 mai 2017
Tambacounda : la femme dans la littérature au menu d’échanges entre élèves et écrivains

Tambacounda : la femme dans la littérature au menu d’échanges entre élèves et écrivains

La caravane de la Communauté africaine de culture (CAC), dénommée ‘’De Madame de Sévigné à Ken Bougoul’’ est passée mercredi au lycée Mame Cheikh Mbaye de Tambacounda où elle s’est entretenu avec des élèves de l’établissement, au sujet de la parole de la femme dans la littérature sénégalaise.

Organisée en prélude au 15-ème sommet de la Francophonie, prévu à partir 29 novembre à Dakar, cette caravane vise à mettre à profit cet évènement pour ‘’faire connaître la parole de la femme dans la littérature sénégalaise’’, a dit le philosophe Alpha Amadou Sy, qui conduit la délégation. C’est là une manière de coller à la thématique du prochain sommet, à savoir ‘’Femmes et jeunes en Francophonie’’.

La caravane a pris départ à Ziguinchor pour faire le tour, à ce jour, de sept à huit localités, a noté M. Sy, qui avait à ses côtés les hommes de lettres Fatou Wardini Faye, Dieynaba Guèye et Mamadou Samb.

La démarche des caravaniers consiste à envoyer à l’avance des livres à des élèves de la prochaine étape, afin une fois sur place, d’en discuter avec eux. Concernant l’étape de Tambacounda, un ‘’retard dans le financement’’ a fait que les caravaniers n’ont pas pu envoyer des livres aux élèves de Mame Cheikh Mbaye, avant leur arrivée, a-t-il expliqué.

La caravane vise, au-delà de l’évènementiel, à favoriser un ‘’ancrage’’, en laissant des livres sur place, pour encourager les élèves à la lecture, a-t-il dit.

A travers un format interactif, alternant déclamation de poèmes, récit de contes, questions et réponses, les écrivains ont échangé avec les élèves réunis dans une salle comble.

‘’La littérature africaine ne date pas des années 1950 comme on a l’habitude de le dire, mais elle est plus que millénaire, au vu de la culture et des contes’’ du continent, a dit Dieynaba Guèye, auteure de poèmes et livres de jeunesse.

Ce que M. Sy a résumé en notant que ‘’si l’on s’en tient seulement à la dimension écrite, on peut dire que l’Afrique est entrée très tard dans la littérature’’, mais si on prend en compte l’oralité, la culture littéraire africaine remonte à une longue date.

‘’Le rôle de la femme dans la littérature sénégalaise est en train de devenir prépondérante’’, a dit M. Sy, soulignant la présence précoce des femmes dans la littérature africaine, avec entre autres personnages, la Grande royale, Ndèye Touti, ou encore Mariama Bâ.

Le romancier Mamadou Samb a revisité le thème dans ses propres œuvres, dont ‘’La femme, la folle et le taureau’’, ‘’Le regard de l’aveugle’’. Pour lui, le rôle de la femme dans la littérature africaine est aussi divers que les écrivains. Elle est pilier de la famille, gardienne de la culture, éducatrice, combattante contre l’injustice.

Les écrivains s’évertuent à montrer la ‘’prétendue infériorité’’ de la femme dans la société, à travers les sévices qui lui sont infligés, en vue de susciter l’indignation et la révolte chez le lecteur, a laissé entendre M. Samb.

Concernant la jeune fille, elle est souvent présentée dans un rapport conflictuel avec la société, les hommes, dans sa quête d’émancipation au contact avec la modernité, poursuit Samb, non sans évoquer le ‘’côté non reluisant’’ de la femme dans la littérature, sous l’angle de la débauche.

La caravane poursuivra son chemin sur Thiès où elle compte se rendre samedi. Le 19 novembre, elle devrait être à Kaolack et Saint-Louis, le 22, à Rufisque, avant de boucler son périple le 26 novembre à Dakar.

Aps

 

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget