dimanche , 19 mars 2017
SYMBOLE D’UN CONTINENT EN MARCHE : Vérone Mankou, le père des premiers smartphone et tablette « made in Africa »

SYMBOLE D’UN CONTINENT EN MARCHE : Vérone Mankou, le père des premiers smartphone et tablette « made in Africa »

Le continent africain peut se targuer d’avoir maintenant son Steve Jobs en la personne du Congolais Vérone Mankou. Le patron de la marque Vmk refait parler de lui avec son nouveau smartphone « made in Congo » sorti de l’usine le 13 juillet dernier. Parcours intéressant d’un génie à encourager.
Les premiers smartphones « made in Congo » sont sortis de l’usine Vmk depuis le 13 juillet dernier. Ces téléphones mobiles sont conçus par le jeune entrepreneur congolais Vérone Mankou, qui annonce lui-même « ce moment historique. » « Je suis heureux de vous annoncer le début de la production dans l’usine de Vmk en ce jour. Les premiers téléphones viennent tout juste de sortir de notre chaîne de montage », a annoncé M. Mankou dans un communiqué daté de ce 13 juillet 2015 et repris par le site de Afrique It news. « Il s’agira, dans un premier temps, de la production de feature phones ou encore téléphone basique. Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire, mais je suis optimiste pour la suite !», a-t-il ajouté.
Verone Mankou est présenté comme le « Steve Jobs » africain (cf. Les Echos du 20/01/2014), ce concepteur ayant réussi à fabriquer des smartphones et des tablettes. Agé de 28 ans, l’ingénieux congolais a donné à son entreprise un nom évocateur, qui renvoie à l’éveil du continent africain. L’acronyme Vmk signifie « Vou Mou Ka », c’est-à-dire « Réveillez vous en langue kikongo. Comme s’il voulait donner le chant du coq pour le réveil, Vérone Mankou a créé la première tablette africaine dénommée Way-C, lancée en décembre 2011. C’est aussi lui le père du premier smartphone africain appelé « Elikia » ou « espoir » en langue lingala, lancé en décembre 2012.  Ensuite, il conçoit et commercialise un nouveau smartphone, « Elikia L », avec écran de quatre pouces et une résolution de 480×800 pixels. L’appareil « plus performant » et  disposant de courbes « plus vertigineuses », utilise la version « Kitkat d’Android. « Elikia L » a été commercialisé dans un premier temps au Congo et en Côte d’Ivoire à 64.900 FCfa (cf. dépêche d’Apa : « Un concepteur congolais met sur le marché un nouveau smartphone »).

Fabriquer de bons produits accessibles
Refusant de s’arrêter en si bon chemin, Vérone Mankou annonce l’installation à Brazzaville d’une usine d’assemblage de ses différents appareils qui étaient fabriqués en Chine. Il a fallu, pour cela, un investissement de près de 150 millions de FCfa, avec un apport de l’Etat congolais. C’est dans son usine de Mpila, à Brazzaville, que le nouveau smartphone a été assemblé, par des techniciens congolais et chinois qui ont démarré la production. En lançant « Elikia L » il y a quelques jours, le patron de Vmk fait taire ceux qui doutaient de lui. D’ailleurs, le titre de Afrique It news est évocateur : « il n’y a plus de débat, Vmk fait vraiment du ‘’Made in Africa’’ ». C’est sûr, l’entrepreneur ne va pas s’arrêter en si bon chemin, il a foi en ce qu’il fait : « « Il s’agira dans un premier temps de la production de feature phones ou encore téléphone basique. Je sais qu’il y a encore beaucoup à faire, mais je suis optimiste pour la suite !», déclare-t-il à l’annonce de la sortie de son dernier produit. Déjà, il se soucie du pouvoir d’achat de son marché naturel : l’Afrique. S’entretenant avec nos confrères des Echos, Verone Mankou affirmait : « Il ne suffit pas de proposer de bons produits, encore faut-il qu’ils soient accessibles ». Une façon de contribuer à la réduction de la fracture numérique en Afrique. Le continent l’a déjà distingué en lui décernant le prestigieux prix Africa telecom people award pour « la meilleure initiative privée ».

Titulaire d’un « simple Bts en maintenance de réseaux »
Au niveau mondial, il ne laisse pas indifférent, en 2013, Forbes le fait déjà figurer dans son top 10 des 30 meilleurs entrepreneurs africains de moins de 30 ans et le magazine financier et économique « Les Afriques » le retient dans son top 12 des « hommes de l’année 2013 en Afrique ». Pour en arriver là, il lui a fallu juste le minimum, le génie de l’homme faisant le reste. Car, Verone Mankou est titulaire d’un « simple Bts en maintenance de réseaux ». « Je n’ai pas eu la chance de continuer, car j’ai été embauché immédiatement », confiait-il à nos confrères des Echos. N’empêche, à 20 ans, il conçoit un ordinateur portable.

Une tablette deux fois plus puissante que l’iPad
Après avoir laissé tomber l’idée d’un laptop à bas prix, il crée Euréka lorsqu’il voit Steve Jobs présenter l’iPhone. « Pour le monde, c’était une révolution,  pour moi, une révélation ». Avec « 10 % de connaissances nécessaires au début », il se documente, voyage en Chine, s’allie avec des entreprises asiatiques pour monter son projet. Les banques ne suivent pas, ne croient pas en lui. « « J’ai pu m’autofinancer jusqu’au prototype, après, je n’avais plus d’argent », se souvient-il. Un coup de pouce de 700.000 dollars du gouvernement congolais le propulse. Et voilà qu’il conçoit la tablette dénommée « Way-C », deux fois plus puissant que la première version de l’iPad selon les spécialistes, qui sera lancée en décembre 2011. Ensuite, les autres trouvailles n’ont été qu’un jeu d’enfant, pardon de génie, pour Verone Mankou, père des produits « Elikia », « Moké », « Elikia L ». A l’Afrique de croire en lui maintenant !

Malick Ciss (lesoleil)

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget