jeudi , 22 mars 2018
SENEGAL : LES ENSEIGNANTS TOUJOURS EN GRÉVE

SENEGAL : LES ENSEIGNANTS TOUJOURS EN GRÉVE

Les syndicats les plus représentatifs (G6), notamment le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (Saemss), le Cadre Unitaire des Enseignants du Moyen Secondaire (Cusems), le Syndicat des enseignants libres du Sénégal (Sels), le Syndicat des enseignants libres du Sénégal/Authentique (Sels/A), l’Union démocratique des enseignants du Sénégal (Uden) et le Syndicat National des Enseignants en Langue arabe du Sénégal (Snelas/Fc) ont encore annoncé un nouveau plan d’actions cette semaine. Les syndicats les plus représentatifs (G6) commencent d’abord par un débrayage ce mardi 6 mars à partir de 9 heures suivi d’une assemblée générale. Ensuite, ils appellent leurs militants à une grève totale les 7 et 8 mars 2018. Le jour suivant, vendredi 9 mars, ils ont décidé d’observer une présence négative.
En plus du maintien du boycott des compositions, de toutes les évaluations, des cellules d’animation pédagogique, les syndicats les plus représentatifs mettent le turbo. Ils haussent le ton avec un débrayage le 14 mars et une grève totale les 15 mars, suivie d’une marche nationale à Saint-Louis. Une présence négative est prévue le vendredi 16 mars.

L’Inter-cadre des Syndicats d’Enseignants composés du Grand Cadre, de l’Union syndicale pour une éducation de qualité (Useq), de l’intersyndicale pour la défense de l’école et des enseignants (Idee) rejoignant les autres syndicats dans la lutte. Pour leur nouveau plan d’actions, l’inter-cadre va observer un débrayage aujourd’hui, mardi 6 mars, à 9 heures, suivi d’une assemblée générale. Une grève totale les jours suivants, notamment les 7 et 8 mars dans les écoles et établissements. L’inter-cadre embraie la semaine suivante en appelant aux enseignants d’observer un débrayage le jeudi 15 février et une grève totale les 16 et 17 mars, avec une marche nationale à Louga pour boucler le plan d’actions.

Cet enchainement des débrayages et grèves ont fini par installer une psychose chez les élèves et parents sur le bon déroulement des enseignements. Au regard des plans d’actions, les inquiétudes ne sont pas encore dissipées. Le quantum horaire en souffre. Selon le secrétaire général du syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale du Sénégal (Siens), «la grève actuelle des enseignants génère un déficit moyen de 10 à 12 heures hebdomadaires, soit 48 heures mensuelles, selon les remontées d’information».

Par conséquent a déclaré El Cantara Sarr, «on peut noter 144 heures pour 3 mois. Ainsi, au regard des 403 heures dues pour le second trimestre conformément au décret, il ne restera que 259 heures ou environs 2 mois de cours effectifs qui ne facilitent pas les bonnes conditions de transmission de connaissances».

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget