dimanche , 19 mars 2017
Sénégal : L’école publique fait un pas de plus vers une année blanche

Sénégal : L’école publique fait un pas de plus vers une année blanche

Vendredi 17 avril 2015 – L’école sénégalaise n’en à pas fini avec les mouvements de grève des syndicats d’enseignants. La rencontre dite de la « dernière chance » qui a eu lieu hier dans les locaux du ministère de l’Éducation nationale a duré plus de 6 heures, sans pour autant aboutir à une issue heureuse.

L’école sénégalaise s’approche de plus en plus d’une année blanche. La rencontre que certains ont appelé celle de «la dernière chance» n’a pas donnée grand-chose.

Ces négociations qui se portaient sur cinq points majeurs à savoir la validation des années de vocation et de volontariat, la formation diplômante, la résolution des lenteurs administratives, la question des logements et les indemnités ont duré plus de six heures.

Ce sont des leaders syndicaux plus qu’engagés qui ont fait face à une délégation gouvernementale composée du ministre de la Fonction publique Viviane Bampassy, celui de l’Education nationale Serigne Mbaye Thiam, Mansour Sy du Travail et Birima Mangara du Budget. Prenant la parole, la ministre de la Fonction publique a lancé un appel au patriotisme aux enseignants du « grand cadre ». « Je vous demande au nom du gouvernement de lever votre mot d’ordre pour sauver l’année et permettre aux enfants de retourner en classe ».

Un appel qui n’a pas eu écho favorable du coté des syndicalistes qui sont venus massivement participer à ces pourparlers sur l’éducation nationale. Parmi eux il y avait le Coordonateur du «Grand cadre » des syndicats d’enseignants Mamadou Lamine Dianté, Oumar Waly Zoumarou, Ibra Diouf Niokhobaye entre autres.

Pour Mamadou Lamine Dianté, la levée du mot d’ordre n’est pas d’actualité puis «qu’en bon leaders syndicaux », ils se doivent de rendre compte à la base avant de prendre une quelconque décision. « Nous somme venus pour écouter les propositions du gouvernement, nous partons pour informer la base. Mais je dois dire que des mesures sont en train d’être prises en toute inégalité au niveau du ministère de l’Éducation allant dans le sens de faire des ponctions de salaire sur certains enseignants et cela n’encourage pas le processus déjà enclenché ».

Le coordonnateur du Grand cadre de continuer pour expliquer que dans ces conditions il n’est pas possible de parler de levée de mot d’ordre.

Koaci

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget