jeudi , 20 juillet 2017
Sénégal: Financement de l’éducation – La baisse des moyens déplore

Sénégal: Financement de l’éducation – La baisse des moyens déplore

Jefferson Pessi, membre du bureau de l’International de l’éducation a déploré, hier mardi 24 février, une baisse des financements alloués au secteur éducatif qui entrave la qualité des enseignements/apprentissages. Il s’exprimait à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier initié par l’Union syndicale pour une éducation de qualité (Useq) portant sur «l’effort mondial des enseignants pour une meilleure éducation».

Membre du bureau de l’International de l’éducation, Jefferson Pessi, juge nécessaire la hausse des financements attribués aux systèmes éducatifs. Selon lui, les ressources allouées à l’éducation sont actuellement en baisse dans plusieurs pays comparé au début des années 2000. Cette situation découle, à son avis, par un manque de volonté politique qui fait que les décisions prises ne sont jamais respectées.

Il se prononçait hier, mardi 24 février, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de l’atelier initié par l’Union syndicale pour une éducation de qualité (Useq) placé sous le signe : « l’effort mondial des enseignants pour une meilleure éducation ».

Répertoriant toujours les facteurs qui influent négativement sur la qualité des enseignements, Jefferson Pessi ajoute, « l’absence de dialogue politique entre décideurs et enseignants, mais aussi le manque d’une vision cohérente sur l’enseignement ».

Estimant que les enseignants devraient être mis en contribution dans les débats éducatifs et une privatisation du secteur, le représentant du l’IE prône d’ores et déjà «l’organisation d’examens périodiques pour évaluer les élèves, afin de donner une image plus valorisante à l’éducation».

Le coordonnateur de l’Useq, Amadou Diaoundé, appelle ainsi «les autorités étatiques à investir davantage dans le public». Il souhaite également «l’implication accrue» des enseignants et autres acteurs du système dans la résolution de la crise éducative. Il soutient aussi, «l’introduction des langues nationales serait rentable».

L’atelier de 3 jours (24, 25 et 26 février) qui réunit à Dakar les syndicalistes de l’international de l’éducation a pour principal objectif de faire une évaluation des enseignements dispensés, afin d’aboutir à des changements qui auront un impact positive sur la qualité de l’éducation au Sénégal. Ceci, pour répondre aux objectifs du millénaire pour le développement (Omd).

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget