jeudi , 20 juillet 2017
Scolarisation universelle : L’éducation inclusive reste à développer

Scolarisation universelle : L’éducation inclusive reste à développer

En dépit des efforts de l’Etat, l’éducation inclusive est encore à ses balbutiements au sein de l’école sénégalaise. Pourtant, l’atteinte de la scolarisation universelle ne pourra se faire sans l’intégration des enfants à besoins éducatifs spéciaux. Le thème a été débattu lors de la leçon inaugurale des Centres régionaux de formation des personnels de l’éducation (Crfpe).

A l’heure actuelle, le taux de scolarisation du Sénégal est fort appréciable. Mais l’école sénégalaise peine toujours, malgré ses efforts, à intégrer dans son système les enfants vivant avec un handicap et les enfants de la rue.  Sans une prise en charge de l’éducation inclusive, les objectifs seront difficilement atteignables. C’est la conviction du secrétaire général du ministère de l’Education nationale, Ousmane Sow, qui s’exprimait, hier, à Rufisque, à l’occasion de la rentrée 2015-2016 des Centres de formation des personnels de l’éducation (Crfpe). « Avec un taux de scolarisation de 86 %, le Sénégal ne gagnera pas le pari de la scolarisation universelle sans la prise en compte de la catégorie d’enfants à besoins éducatifs spéciaux », a-t-il indiqué. Pour lui, il est temps que le système éducatif tienne compte des spécificités en matière d’enseignement et d’apprentissage de tous les enfants à besoins éducatifs spéciaux. Seule cette approche éducative basée sur la valorisation de la diversité pourra, selon M. Sow, favoriser le développement social et la cohésion en éliminant les pires formes de marginalisation et d’exclusion.

Auparavant, le Pr Moussa Fall, sociolinguiste à l’Ucad, a introduit la leçon inaugurale sur le thème : « Le rôle de l’éducation inclusive et des compétences de vie courante dans l’atteinte des Objectifs de développement durable ». Il a estimé qu’il faut « nécessairement » changer de paradigme, en agissant sur le comportement et les attitudes. En outre, a ajouté ce didacticien, « avec l’éducation inclusive, c’est l’environnement qui doit changer pour s’adapter aux besoins des enfants et des personnes handicapées ». Ce qui doit se traduire aux changements des rampes, des portes d’accès et des toilettes des écoles. L’autre élément important auquel il faut tenir compte pour que l’éducation inclusive devienne une réalité reste le langage. « Il faut avoir un langage positif par rapport au  handicap et éviter de stigmatiser. Généralement, dans nos discours, nous stigmatisons de façon inconsciente. Il faut déconstruire tout cela pour que l’inclusion puisse se réaliser à l’école », a indiqué le Pr Fall.

Seulement, rien de tout cela ne peut se faire si les enseignants ne sont pas outillés pour une prise en charge correcte des enfants à besoins éducatifs spéciaux. A cet effet, ce spécialiste reste optimiste au vu des efforts que le gouvernement, particulièrement le ministère de l’Education nationale, est en train de faire pour que les choses s’améliorent. Le secrétaire général du ministère soutenant qu’il est temps d’aller vers des « actions concrètes ». « Le handicap n’est pas une tare en soit. Il peut atteindre n’importe qui à un moment de la vie. Donc ensemble, il faut agir, soit collectivement, soit à l’échelle individuelle », a souligné le représentant du ministre à cette cérémonie.

Le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat
Get Widget