jeudi , 30 mars 2017
Qualité de l’éducation : La première phase du Paquet jugée satisfaisante

Qualité de l’éducation : La première phase du Paquet jugée satisfaisante

Les acteurs de l’éducation et des partenaires techniques et financiers évaluent, depuis hier, la première phase du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet) dans le secteur de l’éducation. Ils ont mis à jour ce projet qui doit s’adosser au Plan Sénégal émergent (Pse). Le Paquet prendra également en compte les nouvelles directives de l’enseignement supérieur et les recommandations des Assises de l’éducation.

Le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, a procédé au lancement des travaux d’évaluation de la première phase du Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet) dans le secteur de l’éducation. Le ministre a tiré un bilan satisfaisant de la première phase du Paquet. Il cite, entre autres, le relèvement du niveau de recrutement des enseignants qui a eu des retombées positives sur les performances scolaires. Selon lui, des pas importants ont été franchis dans ce domaine ces dernières années. « Les enseignants sont recrutés sur la base d’un concours et subissent une formation de 9 mois, alors qu’avant, c’était une formation de quelques semaines », a fait savoir Serigne Mbaye Thiam.

Dans l’enseignement moyen et secondaire, les professeurs recrutés ont subi une formation pédagogique. L’autre aspect qui a permis l’amélioration de la qualité, c’est la disponibilité des manuels dans les établissements scolaires. Il a révélé que plus de 5 millions de manuels ont été distribués aux élèves de l’élémentaire pour une valeur 8,6 milliards de FCfa afin de permettre à ces derniers d’étudier dans de meilleures conditions. Le ministre a aussi fait cas des progrès enregistrés dans la promotion des sciences et des mathématiques. La première phase du Paquet couvre la période 2013-2016. « Nous sommes donc au terme de cette première phase. Il fallait en faire une évaluation à mi-parcours », a souligné le ministre. Cette évaluation devait conduire à la mise à jour de ce programme et son adaptation au nouveau contexte national et international.

Le Paquet adossé au Pse
La réactualisation du Paquet est justifiée par l’élaboration du Plan Sénégal émergent (Pse) qui a été adopté en 2013. « Il faut que le Paquet s’adosse au Pse », a indiqué Serigne Mbaye Thiam.

Il a, en outre, évoqué les directives du président de la République issues de la Concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur. A son avis, il fallait tenir compte de cette décision du chef de l’Etat. Le ministre a avancé que les Assises de l’éducation et de la formation n’ont pas été prises en compte par ce programme. A cela s’ajoute la nécessité d’intégrer l’Acte 3 de la décentralisation dans la nouvelle feuille de route. Aussi, a-il rappelé que le Sénégal a une tradition de concertation dans le domaine de l’éducation et de la formation. «Avec la mise en œuvre du Paquet, qui est un nouveau programme sectoriel devant couvrir la période 2013-2025, ce dialogue politique s’est intensifié», a assuré le ministre. Il a également salué le rôle des partenaires techniques et financiers dans la mise en œuvre du Paquet.

Le Partenariat mondial pour l’éducation a été le principal bailleur pour la première phase du Paquet. Il a apporté une contribution financière à la construction de 200 écoles élémentaires et 20 blocs scientifiques et technologiques.

Dans son intervention, Mme Aminata Hammadoun Maïga, secrétaire du Partenariat mondial pour l’éducation, est largement revenue sur les modes de financement.

L’apprentissage a été un critère déterminant. Le pays bénéficiaire est jugé selon les performances réalisées dans le cadre de l’équité, l’efficacité du système éducatif et surtout de l’apprentissage. La représentante de l’Unicef au Sénégal a salué les efforts du gouvernement en matière de l’éducation. Toutefois, elle a reconnu que les autorités travaillent à apporter des réponses idoines aux défis.

LE GROUPE LOCAL DES PARTENAIRES DE L’ÉDUCATION INSTALLÉ
Le Groupe local des partenaires de l’éducation a été installé, hier, par le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, en présence des acteurs du secteur et des partenaires techniques et financiers. Ce groupe est composé, entre autres, des parents d’élèves, des organisations des enseignements, de la société civile, des collectivités locales et des institutions comme l’Assemblée nationale. Sa finalité, selon M. Thiam, est de s’assurer que tout le monde ait la voix au chapitre. Les membres du groupe participeront à la formation des politiques éducatives, de leur mise en œuvre et de leur évaluation. « Chacun des groupes essayera de définir ses responsabilités », a soutenu le ministre. Il a insisté sur le fait que ce Groupe local, qui pourra changer d’appellation, sera le cadre de dialogue pour la mise en œuvre des politiques éducatives. Selon Serigne Mbaye Thiam, l’éducation nationale ne doit pas être seulement un problème du gouvernement. « Tout le monde doit s’impliquer », a-t-il argué. Le ministre a informé que depuis 9 mois, les concertations sont organisées entre les différentes familles du secteur éducatif.

Le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget