jeudi , 22 juin 2017
Préscolaire : Plaidoyer pour un programme pédagogique adapté

Préscolaire : Plaidoyer pour un programme pédagogique adapté

Le ministère de l’Éducation nationale, à travers la direction de l’éducation préscolaire, a organisé un atelier portant sur les préparatifs du bilan des compétences de l’enfant entrant au primaire. Il s’agit d’analyser les offres et les modèles d’enseignement pratiqués dans les différentes structures de la petite enfance.
Cases des tout-petits, écoles maternelles, écoles préscolaires publiques et privées, « daara », écoles communautaires sont, entre autres, les structures de la petite enfance. Une des missions de ces structures consiste à contribuer à la prise en charge préscolaire des enfants âgés de moins de six ans. Cependant, des résultats de recherches menées par des spécialistes montrent que toutes ces structures ne déroulent pas le même programme et n’ont plus la même méthodologie d’enseignement.
C’est pour mettre un terme à cette pratique que la direction de l’éducation préscolaire, en partenariat avec l’Unicef, a initié cet atelier de partage axé sur la méthodologie et l’élaboration d’outils. Selon Haleinta Traoré Thiam, spécialiste du développement de la petite enfance à l’Unicef, « l’idée est d’avoir un niveau de préparation de l’enfant adéquat pour lui faciliter un accès à l’école et sa rétention dans ses performances scolaires ». Il précise que « la préparation passe d’abord par la famille, puis par les centres scolaires avec un bon programme pédagogique dans le préscolaire pour donner à l’enfant toutes les chances de réussir à l’école ». Ce qui fait dire à Makaty Fall  du bureau Unicef à Dakar qu’il est fondamental qu’il y ait un programme pédagogique adapté pour faciliter la transition de la maison au préscolaire et du préscolaire à l’élémentaire.
A la fin de l’atelier, une équipe technique sera mise sur pied avec des outils et des échantillons. Ces éléments vont permettre d’administrer des questionnaires de l’étude dès la rentrée scolaire prochaine. Ces enquêtes permettront de savoir si l’enfant ayant fréquenté une structure préscolaire ou un « daara » présente plus de compétences que celui qui n’est pas passé par ces structures. Pour le directeur de l’éducation préscolaire, Ousmane Diouf, cet atelier va certainement créer un déclic car les recommandations qui vont suivre les enquêtes aideront à rehausser le taux brut de préscolarisation qui est de 21,1%. Toutefois, Ousmane Diouf estime que pour atteindre les 50% de préscolarisation planifiés d’ici à 2025, il faut une mobilisation et une implication de tous les segments de la société (décideurs, société civile, élus locaux, etc.).

Le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget