mardi , 23 mai 2017
Pour une meilleure couverture vaccinale en Afrique francophone

Pour une meilleure couverture vaccinale en Afrique francophone

La Plateforme des organisations de la société civile d’Afrique francophone pour le renforcement des systèmes de Santé et de la vaccination (Oafress) a plaidé, mercredi à Dakar lors d’une conférence de presse, en faveur d’une meilleure couverture vaccinale en Afrique francophone.Le coordinateur régional de l’Oafress, Guy Aho Tete Benissan, a évoqué la mise en œuvre et l’évaluation des programmes de santé au niveau national, régional et international.

La vision des acteurs est de favoriser la participation des organisations de la société civile dans la formulation des politiques.C’est l’affirmation faite par le Conseil des Organisations non gouvernementales d’appui au développement (Congad), représenté ici par le coordonnateur du Ressip, M. Amadou Cissé, en collaboration avec leministère de la Santé et de l’Action sociale.

Cette rencontre qui est axée sur le thème : « Les vaccins protègent tout le monde, faites-vous vacciner » entre dans le cadre de la célébration de la Semaine africaine de vaccination décrétée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et de la Fondation Afrivac. Selon M. Benissan, les enjeux d’équité d’accès pour les populations les plus éloignées ainsi que la faiblesse endémique des systèmes de santé sont les facteurs clés explicatifs de la problématique liée à une meilleure vaccination dans les pays en développement plus particulièrement en Afrique francophone. «Ce qui fait que la collecte et le partage d’informations et la coordination dans le développement des campagnes de plaidoyer ne sont pas aussi fréquents que dans d’autres régions» a-t-il relevé.

«Beaucoup de choses sont entrain d’être faites par l’Etat du Sénégal pour l’atteinte des objectifs en vaccination. Mais, il est important que le secteur privé soit mis en contribution», a soutenu Anne Marie Mbengue Sèye, administratrice de la Fondation Afrivac. Devant l’évidence que le nombre de naissances augmente d’année en année et que les besoins en vaccination seront de plus en plus nombreux, Afrivac a mobilisé 47 entreprises nationales pour collecter un million frs CFA par an en faveur de la vaccination.«Cela est d’autant utile que certains partenaires comme Global Alliance for Vaccines and Immunization (Gavi) envisagent de se désengager dans ce combat en faveur de la vaccination», a-t-elle précisé.

Le vaccin contre le cancer du col de l’utérus disponible en fin 2017 au Sénégal

«Aujourd’hui notre objectif est de faire participer 400 entreprises dans ce projet», a-t-elle ajouté.Du côté du ministère de la Santé et de l’Action sociale, le directeur de la Prévention, Dr El Hadji Mamadou Ndiaye a indiqué que « pour 2017, l’Etat a mis à la disposition du ministère, 3,117 milliards frs CFA pour l’achat de vaccins traditionnels et nouveaux pour les 12 maladies du Programme élargi de vaccination et d’autres pathologies».Le directeur de la Prévention a révélé à cette occasion que le vaccin contre le « papillomavirus humain », première cause du cancer du col de l’utérus sera disponible au Sénégal en fin d’année. «Depuis deux ans nous l’avons mis en test dans deux districts notamment celui de Mékhé et celui de Dakar-ouest. Et d’ici fin 2017, ce vaccin sera disponible», a soutenu El hadji Mamadou Ndiaye. Selon lui, ce vaccin va permettre d’immuniser les filles âgées de 9 à 14 ans.

Kagal NDIAYE

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget