mercredi , 19 juillet 2017
OUVERTURE DE LA 5EME ASSEMBLEE GENERALE DU CDS-SEF: L’ADMINISTRATION S’INSTALLE AUX COMMANDES

OUVERTURE DE LA 5EME ASSEMBLEE GENERALE DU CDS-SEF: L’ADMINISTRATION S’INSTALLE AUX COMMANDES

Le Comité du dialogue social-secteur de l’éducation réclame plus de moyens pour le déroulement de ses activités aux fins d’installer un climat favorable de dialogue social.  Pour la prochaine présidence qui revient à l’administration, le ministre Serigne Mbaye Thiam a annoncé l’occupation de ce poste par une personne qui sera choisie par consensus avec les acteurs de l’éducation et sera déchargée de ses fonctions pour se consacrer aux questions de dialogue social. Lors de leur 5ème assemblée générale qui a démarré hier, vendredi, à Saly dans le département de Mbour, les acteurs n’ont pas manqué de poser le problème de moyens ; mais aussi de demander au gouvernement sénégalais que le haut conseil du dialogue social, le soit aussi doté.
L’administration du comité de dialogue social-secteur éducation après la fin du deuxième mandat, doit revenir au gouvernement.  Pour cette 5ème  assemblée générale, le ministre de l’éducation nationale, Serigne Mbaye Thiam, venu présider la cérémonie de l’ouverture de la rencontre, a annoncé que cette personne sera choisie par consensus avec les acteurs de l’éducation et sera déchargée de ses fonctions dans l’administration pour se consacrer au dialogue social. Une annonce qui semble rassurer les acteurs de l’éducation qui n’ont pas manqué de demander au gouvernement une collaboration basée sur le respect des engagements. Car s’ils reconnaissent qu’il y a des avancées dans le secteur de l’éducation, ils dénoncent les lenteurs par rapport à leurs nombreuses revendications qui ont déjà connu des accords entre les syndicats et le gouvernement.  Pour les membres du Cds-Sef, le Haut conseil du dialogue social reste une institution incontournable dans l’apaisement du climat social. Cependant, les acteurs de l’éducation réunis dans un comité dialogue social,  estiment qu’il doit être renforcé par des moyens financiers afin d’atteindre les différents objectifs.
Pour le Cdf-Sef, c’est avec difficultés qu’ils ont réalisé les différentes activités. A cela, ils appellent le gouvernement  à mettre en place plus de moyens.  Dans cette requête des acteurs de l’éducation, le ministre Serigne Mbaye Ndiaye a annoncé une subvention de dix millions de nos francs. Une subvention qui, selon lui, a été portée du simple au double. «Beaucoup de personnes me disent que la subvention n’est pas suffisante pour régler les problèmes, mais il faut dire que le secteur dialogue social bénéficie plus que d’autres directions de l’éducation» a-t-il fait comprendre.  Aujourd’hui, dans le cadre de l’apaisement du climat social dans le secteur de l’éducation,  le président sortant, Mamadou Diop Castro  a déclaré :«nous sollicitons de tous les acteurs un soutien pour l’accompagnement dans le travail. Aujourd’hui, les risques sont connus, les obstacles identifiés».  Et de poursuivre : «le dialogue social reste un levier puissant pour arriver  à la paix. Cependant, il faut connaître les règles du jeu et les respecter. Se départir de la culture de confrontation et aller vers la cohésion».
Pour la représentante des organisations syndicales, Awa Wane : «nous noterons l’évolution de cette structure sans moyens. Cependant, nous recommandons de travailler dans l’unité  et la cohésion, mais aussi de procéder au monitoring  des secteurs du dialogue social dans l’éducation ».
 Toutefois, estime-t-elle, les organisations syndicales veilleront au respect des accords.  La présidente du Haut conseil du dialogue social, Innocence Ntap Ndiaye s’est réjouie particulièrement de sa présence à la cérémonie d’ouverture. Cependant: «l’exercice qui va nous réunir durant ces trois jours renouvelle l’engagement des partenaires sociaux du Secteur de l’Education et de la Formation d’œuvrer dans le sens de pérenniser le cadre de dialogue social dont ils disposent ».
 Et de poursuivre : «c’est seulement si chacun met du sien, que nous pourrons faire jouer à l’éducation et à la formation leur partition dans la réalisation de nos ambitions communes de développement économique et de nos attentes en matière de progrès social».

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget