dimanche , 19 mars 2017
Macky Sall à la clôture du Paset : « Pas d’émergence sans une maîtrise des sciences et de la technologie »

Macky Sall à la clôture du Paset : « Pas d’émergence sans une maîtrise des sciences et de la technologie »

Le Président Macky Sall a insisté jeudi, sur l’urgence de bâtir une société de la connaissance avec un système d’éducation et de formation scientifique et technologique de qualité. C’était lors de la clôture d’un forum international sur le savoir-faire scientifique, technique et technologique en Afrique et dans les pays émergents.
Le chef de l’Etat est convaincu que l’Afrique est à la croisée des chemins et que le continent ne peut point prétendre à l’émergence sans une maîtrise des sciences et technologies et sans des ressources humaines de qualité dans ces domaines clés du développement. C’est dans cette dynamique qu’il a appelé à la construction d’une société de la connaissance adossée à un système éducatif et à une main-d’œuvre de qualité. Cette société, a-t-il ajouté, devrait être capable de s’approprier les technologies de l’information et de la communication et se doter de systèmes économiques et financiers robustes et réactifs. Le renforcement des capacités des populations dans la promotion de l’innovation est aussi attendu.
Les participants ont eu droit à une présentation du modèle sénégalais avec notamment des références sur des projets majeurs comme la deuxième université de Dakar, la cité du savoir et l’Université virtuelle du Sénégal qui sera implantée dans le pôle urbain de Diamniadio. Idem pour l’université du Sénégal oriental qui sera spécialisée dans les industries extractives et l’université du Sine-Saloum à vocation agronomique. Autres mesures révolutionnaires citées par le président Sall : l’équipement des centres de recherche et d’essais, des laboratoires, la mise en place des instituts supérieurs d’enseignement professionnel et surtout l’équipement des étudiants en ordinateur.
Venus de plusieurs pays africains (Burkina, Côte-d’Ivoire, Ethiopie, Rwanda, Cameroun, etc.), les participants aux assises de Dakar ont  soutenu que l’avenir du continent se trouve dans la consolidation d’un dialogue fructueux entre les gouvernants, les hommes de science et le secteur privé pour une véritable Afrique des peuples. C’est tout le sens  de la tenue du sommet sur les infrastructures en Afrique prévu les 14 et 15 juin à Dakar sous l’égide du nouveau partenariat pour le développement économique en Afrique (Nepad) dont le président Sall dirige le comité d’orientation des chefs d’Etat. Le chef de l’Etat a d’ailleurs promis d’être le porte-parole des participants au forum de Dakar à l’occasion du sommet des chefs d’Etats de l’Union africaine prévu les 26 et 27 juin prochains à Malabo.

Mamadou Lamine DIATTA : 1.000 milliards de FCfa de la Banque mondiale pour promouvoir les sciences en Afrique
La Banque mondiale a décidé de mettre à la disposition des pays africains deux milliards de dollars (environ 1.000 milliards de FCfa) pour la promotion de programmes sur les sciences, la technologie et l’innovation. L’annonce a été faite par sa représentante résidente au Sénégal. L’institution financière internationale a aussi retenu l’idée de participer activement au développement des liens entre les secteurs public et privé.

Le continent vise 10.000 titulaires de doctorats scientifiques dans 10 ans
Parmi les recommandations fortes du forum international de Dakar figure notamment l’ambition du continent de former au moins 10.000 titulaires de doctorats en sciences appliquées dans les 10 prochaines années. Il est aussi prévu la création d’au moins 5 centres régionaux d’enseignement technique, d’ingénierie et de technologie. L’objectif est de renforcer l’enseignement des sciences et de la technologie pour une transformation socio-économique du continent. Une main-d’œuvre hautement qualifiée et l’accroissement de services à forte valeur ajoutée sont aussi souhaités. De même, le Pr Aggrey Ambali du Nepad a annoncé la mobilisation par son organisation de ressources pour le renforcement des programmes sur les sciences, la technologie et l’innovation.
La représentante résidente de la Banque mondiale au Sénégal, Vera Songwe, a vivement remercié le ministre sénégalais de l’Enseignement supérieur et de la Recherche qui a entamé un vaste programme de modernisation des universités. Mieux, la Banque s’engage à soutenir les 150.000 diplômés répertoriés, chaque année, au Sénégal. A en croire Mme Songwe, l’Afrique doit capitaliser sur la jeunesse de sa population et l’urgence d’agir s’impose.

Réformes universitaires : Le chef de l’Etat soutient l’action du ministre Mary Teuw Niane
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Mary Teuw Niane, a reçu publiquement le soutien, les félicitations et les encouragements du chef de l’Etat pour avoir mis en œuvre la vision présidentielle. L’application de réformes hardies suppose des ruptures, a reconnu le président Sall qui a publiquement annoncé que le ministre en question est loin d’être méchant. Seulement voilà, les ruptures dérangent très souvent, selon le chef de l’Etat qui dit être obligé parfois de jouer les sapeurs-pompiers pour calmer le jeu dans l’espace universitaire. Par ailleurs, le président de la République est convaincu que le Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence (Paquet), de même que les assises de l’éducation et de la formation vont tracer les grandes lignes de l’école du futur au Sénégal.

le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget