dimanche , 23 juillet 2017
Lutte contre les maladies chroniques : Un spécialiste préconise une bonne sensibilisation des populations

Lutte contre les maladies chroniques : Un spécialiste préconise une bonne sensibilisation des populations

Distiller des messages de prévention et d’alerte à travers les médias, donner des conseils diététiques. C’est ce que suggère Dr Abdoulaye Lèye pour bien sensibiliser les populations sur les maladies chroniques.

Dr Abdoulaye Lèye, agrégé de diabétologie, nutrition et maladies métaboliques, reconnait la difficulté qu’éprouvent les Sénégalais à accéder aux soins. « C’est une réalité complexe dont l’origine et les solutions se trouvent à plusieurs niveaux », déclare-t-il. Il préconise « une sensibilisation au niveau étatique ». Car, selon lui, la plupart des maladies nécessitent une éducation. C’est le cas du diabète, de l’hypertension artérielle, etc. Ce professeur à la Faculté de médecine, de pharmacie et d’odontostomatologie pense que la décision politique des autorités impacterait plus sur la population. Il s’agit, dit-il, « de distiller des messages de prévention et d’alerte à travers les médias. Et à chaque fois que c’est possible, donner des conseils diététiques, sur l’activité physique, des conseils particuliers par rapport à certaines maladies ».

De l’avis du Dr Lèye, « les Sénégalais sont plus enclins à sortir de l’argent pour acheter des habits ou faire la fête, plutôt que de planifier un bilan annuel de santé, payer des médicaments ou faire un contrôle pendant qu’ils sont en bonne santé. Ils attendent toujours d’avoir des problèmes pour aller à l’hôpital. Or, toutes ces affections chroniques sont dues au fait de ne pas se faire consulter régulièrement au moins une fois par an », regrette-t-il. Le praticien souligne ainsi la nécessité, pour les populations, d’avoir « un capital santé » à gérer au même titre que leur alimentation, les cérémonies, les évènements… « C’est à prévoir. Aujourd’hui, au Sénégal, quelle que soit sa bourse, on peut aller se faire consulter », avance-t-il. A son avis, la part reviendra plus à l’Etat d’augmenter ses efforts pour rendre accessibles les outils de contrôle et de traitement des maladies chroniques. Abdoulaye Lèye estime également que les professionnels de santé ne doivent pas être en reste dans cette volonté de prévenir les maladies chroniques.

« Au niveau des professionnels de santé, je pense qu’il y a un devoir de formation continue pour pouvoir mieux communiquer avec les patients quel que soit le statut, qu’on soit infirmier, sage-femme ou médecin, car la médecine évolue. A l’approche de chaque évènement, les agents de santé, dit-il, doivent aller s’informer pour donner la bonne information aux patients. « Chacun à son niveau peut donner les conseils qu’il faut sans pour autant demander aux patients d’aller chercher un spécialiste pour des informations que n’importe quel professionnel de santé aurait pu lui donner », indique cet enseignant agrégé.

le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget