mardi , 23 mai 2017
LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE : DES JOURNALISTES S’ENGAGENT DANS LA VULGARISATION DES EXPÉRIENCES

LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE : DES JOURNALISTES S’ENGAGENT DANS LA VULGARISATION DES EXPÉRIENCES

L’Association des journalistes en santé, population et développement (AJSPD) a annoncé avoir retenu de contribuer davantage à la lutte contre la tuberculose, en passant notamment par la vulgarisation des expériences réussies au niveau des différents districts sanitaires du Sénégal.

« On a l’habitude de dire que les journalistes ne s’intéressent qu’aux trains qui n’arrivent pas à l’heure. Nous, nous avons envie d’inverser la tendance pour s’occuper des trains qui arrivent à l’heure. En d’autres termes, c’est d’être des journalistes de développement », a soutenu le président de l’association, Alassane Cissé, jeudi à Mbour (ouest), pour justifier l’engagement des journalistes membres de l’AJSPD en faveur de la santé des populations.

Dans ce cadre, les responsables de l’association ont rencontré la coordonnatrice du Programme national de lutte contre la tuberculose (PNT), Marie Sarr Diouf, à qui ils ont soumis un projet consistant à mettre en exergue, dans leurs activités professionnelles, « des expériences heureuses » dans la lutte contre la tuberculose, surtout dans les zones où il y a eu plus de réussite.

« Les très bons résultats enregistrés » expliquent d’ailleurs le choix du district sanitaire de Mbour (ouest) où a été expérimentée la décentralisation dans le traitement de la tuberculose.

Les membres de l’AJSPD se sont déplacés dans ce département pour s’enquérir de cette expérience. Cette caravane organisée en partenariat avec le PNT, s’inscrit dans le cadre de la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, célébrée le 24 mars de chaque année.

« Nous journalistes allons nous battre pour que ces expériences heureuses, nous puissions les partager dans nos comptes rendus, à travers le pays. Que ceux qui sont à Matam, à Kédougou ou ailleurs, en lisant les journaux, en écoutant la radio ou en regardant la télévision, puissent se rendre compte, qu’en ayant cette approche-là dans la lutte contre la tuberculose, on peut avoir d’excellents résultats », a dit Alassane Cissé, journaliste à la Radio télévision sénégalaise (RTS).

Ainsi, plusieurs structures ont été visitées par ces professionnels de l’information et de la communication qui se sont dit séduits par le travail abattu par les agents de santé et autres relais communautaires locaux, surtout en ce qui concerne la stigmatisation des malades devenue « une histoire ancienne » à Mbour.

« Là où la moyenne nationale en matière de taux de guérison est de 85%, le district sanitaire de Mbour a réussi une prouesse qui se situe aux alentours de 92%, dépassant même les normes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui sont de 85 à 86% », a salué Alassane Cissé, à l’étape du poste de santé du quartier Santhie de la capitale de la Petite-Côte.

Cette structure qui polarise une population estimée à 33 000 habitants a beaucoup contribué à l’obtention de ces résultats rendus possible par la décentralisation de la prise en charge de la tuberculose et l’accompagnement communautaire des relais.

« Les relais ont œuvré pour que cette maladie contagieuse mais guérissable soit considérée comme les autres pathologies, sans aucune forme de stigmatisation », a affirmé l’infirmier chef de poste (ICP) de Santhie.

Pour arriver à ces résultats, les acteurs communautaires, sous la supervision des autorités sanitaires, ont effectué, durant l’année, 800 visites à domiciles (VAD), 24 causeries communautaires et quatre mobilisations sociales.

Des initiatives qui ont permis, en 2016, de traiter 53 tuberculeux dont 26 ont été guéris. Deux cas de décès et un perdu de vue ont été notés. Le reste des patients sont toujours en cours de traitement.

aps

 

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget