lundi , 22 mai 2017
L’UES opposée à  »toute remise en cause des acquis des enseignants »

L’UES opposée à  »toute remise en cause des acquis des enseignants »

L’Union des enseignants du Sénégal (UES) déclare se démarquer de tout pacte de stabilité sociale « fondé sur la remise en cause des acquis des travailleurs en général et des enseignants en particulier ».

 »Au lieu de chercher d’autres alternatives financières pour l’application (des recommandations des Assises de l’éducation), l’Etat semble opter pour une programme d’ajustement (…) », rapporte un communiqué signé de son secrétaire général Gougna Niang.

Selon lui, cette option semble illustrée par « la dernière sortie » du ministre de l’Economie, des Finances et du Plan Amadou Bâ, qui a récemment préconisé une révision du régime indemnitaire des fonctionnaires sénégalais, dans le cadre d’une réflexion générale sur le poids de la masse salariale sur le budget de l’Etat.

« Nous sommes combien ? 100.540 agents émargeaient à la solde au début de l’année 2014, soit moins d’un pour cent de a population sénégalaise. Et pourtant, selon les dernières analyses, les dépenses de personnel sont estimées à 717 milliards de Francs CFA soit 43% des recettes budgétaires de la même année (1548 milliards) », relevait-il.

Les états généraux de l’éducation et de la formation (1980) « étaient plombés par les injonctions des institutions de Brettons Woods ». De même, relève le responsable syndical, les Assises « risquent de connaitre le même sort avec l’engagement du gouvernement de faire des économies budgétaires de 300 milliards comme contribution au financement du PSE auprès de bailleurs traditionnels ».

 »Notre conviction, ajoute t-il, est que le succès des assises ne peut s’accommoder d’une réduction de revenu des enseignants en lieu et place d’une augmentation substantielle attendue, laquelle était même promise avec comme préalable, une étude du système de rémunération des agents de la fonction publique ».

Selon lui, « la réussite des assises ne peut non plus se passer de la qualité des ressources humaines particulièrement des enseignants comme l’on reconnu tous les participants aux assises ».

« Mais cela suppose une bonne politique de motivation notamment des salaires conformes au coût de la vie », écrit Gougna Niang, selon qui « il ne faut pas que les lueurs d’espoir suscitées par la tenue des assises soient dissipées par des décisions unilatérales (…) ».

Pour Gougna Niang, « l’UES se réserve le droit de dénoncer et de s’opposer avec la dernière énergie à la tentative de réduction des salaires par la remise en cause des indemnités des agents de la fonction publique ».

Aps

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget