samedi , 22 juillet 2017
LES LAURÉATS SÉNÉGALAIS DU « NEXT EINSTEIN FORUM » EXPOSENT LES RÉSULTATS DE LEURS TRAVAUX SCIENTIFIQUES

LES LAURÉATS SÉNÉGALAIS DU « NEXT EINSTEIN FORUM » EXPOSENT LES RÉSULTATS DE LEURS TRAVAUX SCIENTIFIQUES

Les trois lauréats sénégalais du « Next Einstein Forum », la conférence internationale de trois jours ouverte mardi à Diamniadio (27 km à l’est de Dakar) et dédiée à la science, à la technologie et à l’innovation, ont présenté mercredi les « intérêts sociaux » de leur recherche.

Organisé à l’initiative de l’Institut africain des sciences mathématiques (AIMS, sigle en anglais), du ministère sénégalais de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, et de la fondation allemande Robert Bosch, le « Next Einstein Forum » est un forum mondial consacré aux « problématiques et enjeux de la science en Afrique ».

Ses organisateurs ont décidé d’honorer « les 15 plus brillants jeunes scientifiques » africains, qui auront l’opportunité d’être en contact avec les leaders du continent et du reste du monde, dans le cadre des futures rencontres du forum.

Le programme de ce forum international inclut une présentation des travaux des lauréats.

Des jeunes lauréats font partie les Sénégalais Mouhamed Moustapha Fall, Joseph Ben Geloun et Assane Guèye.

M. Fall a affirmé dans un entretien avec la presse, à l’occasion de la conférence internationale, qu’il avait pour ambition de rendre les mathématiques accessibles aux personnes instruites comme aux illettrés vivant en Afrique.

Pour y arriver, il conduit un projet de recherche visant à « démonter l’application pratique des mathématiques et les avantages de l’optimisation des formes ». « Tout le monde peut faire des mathématiques », soutient-il.

Assane Guèye a travaillé sur « la recherche d’une approche scientifique de la sécurité et de la performance des systèmes d’information et de communication à grande échelle ».

M. Guèye, directeur de recherche de l’Institut professionnel pour la sécurité informatique, un établissement basé à Dakar, élabore des modèles informatiques, qui doivent lui permettre de prédire « le comportement global ».

« Les risques d’événements catastrophiques peuvent être gérés et atténués. Et l’efficacité des mesures de contrôles peut être évaluée », mentionne-t-il dans un document reçus des organisateurs du « Next Einstein Forum ».

Joseph Ben Geloun est intéressé par « les physiques mathématiques, particulièrement les propriétés quantiques de la matière ».

« Aujourd’hui, assure-t-il, nous comprenons la structure du modèle atomique, c’est-à-dire ce qu’il y a dans l’atome : le noyau, les neutrons, les protons et les particules élémentaires… »

Ses travaux présentés au « Next Einstein Forum » sont consacrés à « la géométrie de l’espace-temps », un projet de recherche qui emmène Joseph Ben Geloun à remettre en question « les prédictions des lois d’Albert Einstein, qui sont légèrement erronées ».

Il a reçu le Prix du jeune scientifique en physique et mathématiques 2015-2017 de l’Union internationale de physique pure et appliquée (Suisse).

Les autres lauréats du « Next Einstein Forum » sont des citoyens de l’Ouganda, de l’Egypte, du Kenya, de l’Afrique du Sud, du Cameroun, du Nigeria et de l’Ethiopie.

Ils se sont intéressés à la physique théorique, à l’informatique, à l’hypertension, à l’épidémiologie urbaine, à la technologie du web sémantique, etc.

Le « Next Einstein Forum » s’est ouvert mardi en présence du président sénégalais, Macky Sall, et de son homologue rwandais, Paul Kagame.

Les organisateurs de cette conférence internationale déclarent vouloir faire de l’Afrique « une plateforme des sciences, des mathématiques et de l’ingénierie ».

Kigali, la capitale rwandaise, accueillera le prochain « Next Einstein Forum », en 2018.

Aps

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget