jeudi , 30 mars 2017
Lecture de jeunesse : Bayard Afrique veut accroître sa présence au Sénégal

Lecture de jeunesse : Bayard Afrique veut accroître sa présence au Sénégal

Présent en Afrique depuis plus de 20 ans à travers les magazines « Planète jeunes », « Planètes enfants » ou « Prions en Eglise », Bayard Afrique entend tout mettre en œuvre pour une plus grande présence au Sénégal.
La présence de Bayard Afrique sur le continent remonte à 1993 avec la création du magazine « Planète jeunes ». Une publication qui rappelle les souvenirs d’une lecture panafricaine chez beaucoup de jeunes devenus aujourd’hui des adultes. Entre temps, cette maison d’édition et de diffusion de livrets de sensibilisation sur des thématiques telles que la santé, la formation, la citoyenneté, a diversifié ses publications en mettant en place « Planète enfants » (bimestriel destiné aux enfants de 8-13) et  « J’aime lire » (bimestriel adressé aux dont l’âge est compris entre 5 et 7 ans). Mieux, elle s’est investie dans la presse religieuse à travers « Prions en Eglise », qui est un mensuel comportant tous les textes de la célébration quotidienne de la messe et de la parole de Dieu présentée en lien avec les valeurs culturelles et défis de l’Afrique contemporaine. Frappée actuellement par déficit évalué à 20%, cette filiale de Bayard presse international compte près de 7 000 abonnés dans notre pays.  L’objectif, a expliqué hier, face à la presse, Lionel Bilgo, son directeur de publication, est  d’arriver à 11 000 abonnés au Sénégal.
Cela, en vue de pouvoir créer une rentabilité. « Dès la rentrée prochaine, nous allons focaliser, de façon très large, notre communication sur le Sénégal. C’est l’une de nos stratégies pour pousser les parents abonner leurs enfants », a-t-il expliqué. Les magazines de Bayard Afrique sont disponibles par abonnement dans les écoles et kiosque à journaux en raison de 10 000 FCfa par an. Ses rubriques sur l’histoire, la science, la société… donnent l’opportunité à la jeunesse africaine d’apprendre et de découvrir, mais aussi de s’approprier leurs valeurs et leur culture. « Il est de notre devoir d’apporter une lecture saine à  nos enfants. Nous faisons un travail pour les générations futures », a fait comprendre Lionel Bilgo, non sans insister sur l’importance de l’éducation et de la lecture chez les enfants. A l’en croire, la lecture est fondamentale. « Un pays qui ne sait pas éduquer sa génération est un pays en perdition. C’est aux Africains d’éduquer leurs enfants, car c’est seulement par notre éducation que nous pouvons valoriser notre  être », a-t-il soutenu.
Au fil des années, Bayard Afrique a gagné la confiance de certains ministères et organismes internationaux. Il s’agit, entre autres, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique du Burkina Faso, celui de l’Education nationale de la Côte d’Ivoire, de Plan international et de l’Organisation internationale de la francophonie (Oif). L’un des défis de cette maison d’édition restent la circulation et l’accessibilité de ses magazines afin de s’assurer une plus grande présence sur le continent africain. Ce faisant, le directeur de publication a invité les autorités africaines à jouer leur partition en facilitant la circulation des magazines. Présent dans plusieurs pays africains de langue française dont le Mali, le Burkina Faso, le Benin, le Niger, le Togo et le Gabon, cet éditeur de magazines panafricains regroupe une audience de 500 000 enfants.
« Planète enfants » et « Prions en Eglise », c’est respectivement 100 numéros en 16 ans  et 20 000 exemplaires vendus chaque mois.

Le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget