mercredi , 29 mars 2017
Galileo Global Éducation met un pied en Afrique

Galileo Global Éducation met un pied en Afrique

Le groupe a pris le contrôle de l’ISM au Sénégal.

Vingt-cinq ans, un âge raisonnable pour se marier. C’est ainsi qu’à l’occasion du 25e anniversaire du Groupe ISM, célébré vendredi dernier à Dakar, son président-fondateur, Amadou Diaw, a décidé de publier les bans. L’heureux élu est le groupe Galileo Global Education.

Bien que détenu majoritairement par le fonds américain spécialisé Providence – avec aussi au capital la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) -, Galileo est européen et revendique même – sans pour autant publier son chiffre d’affaires – d’être le premier groupe d’éducation privé sur le Vieux Continent, et le troisième mondial derrière les américains Laureate et Withney. Né de la fusion en octobre 2015 avec le français Studialis, il accueille plus de 50.000 étudiants dans le monde et possède notamment les écoles Penninghen, Hétic, Paris School of Business ou encore le prestigieux Cours Florent, acquis en 2016.

Pionnier de l’enseignement supérieur privé en Afrique de l’Ouest, Amadou Diaw avait envisagé de faire entrer un partenaire au capital de son groupe il y a cinq ans, sans franchir le pas. Puis il avait été sollicité par de nombreux fonds sans conclure, pour finalement décider de lancer un appel à manifestation d’intérêt via la société de gestion et d’intermédiation CGF Bourse, basée à Dakar. Amadou Diaw voulait trouver l’investisseur qui permettrait à son groupe, considéré comme une référence des écoles de management sur le continent, de sortir des frontières du Sénégal. Groupe ISM a formé près de 20.000 diplômés depuis 1992, accueille annuellement sur 14 sites au Sénégal quelque 845 étudiants en MBA de pas moins de 30 nationalités, essentiellement africaines. De quoi susciter des convoitises, avec pas moins de « cinq acteurs majeurs », aux dires même d’Amadou Diaw.

Un campus dans Dakar

Il aura fallu une rencontre un soir à son domicile avec le président de Galileo Global Education France, Marc-François Mignot-Mahon, pour qu’il se décide à céder la majorité du capital du groupe, dont le chiffre d’affaires (non publié) est évalué selon plusieurs sources à moins de 10 millions d’euros. Amadou Diaw, qui a également désigné son successeur, Mouhamed Dieye, gardera un oeil sur le groupe. Il conserve des parts pour plus d’une décennie. Originaire de Saint-Louis, le fondateur de l’ISM a aussi l’intention de se consacrer au rayonnement de l’ancienne capitale du Sénégal.

Quant au groupe Galileo, il a d’ores et déjà lancé le chantier d’un futur campus dans Dakar, pour plusieurs millions d’investissement. Il prévoit aussi d’élargir le périmètre de l’offre, avec pourquoi pas un ISM Digital ou un ISM Design, et d’essaimer dans d’autres pays. Pour accomplir le rêve d’Amadou Diaw de faire du Groupe ISM « un phare du continent africain dans l’éducation ».

Antoine Boudet,, Les Echos

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget