vendredi , 23 juin 2017
Forum francophone : Le chômage des jeunes préoccupe l’Afrique

Forum francophone : Le chômage des jeunes préoccupe l’Afrique

La lancinante question de l’emploi a été abordée en profondeur par Ibrahima Hathie de l’Ipar et El Hadj Hamidou Kassé, président du Comité scientifique du 15ème Sommet de la Francophonie, hier, lors du Forum des jeunes francophones. Selon eux, cette équation doit être résolue de manière holistique.
« Si la croissance démographique pose problème, c’est parce que la structure économique n’a pas de solution. Il y a intérêt à aller à la professionnalisation de la formation ; il faut que l’entreprise soit au cœur de la formation », a soutenu, hier, Ibrahima Hathie, directeur de recherche de l’Initiative participative agricole et rural (Ipar). M. Hathie, abordant le thème du forum axé sur « Emploi des jeunes et développement en Francophonie : l’avenir en face », demande une prise en charge plus globale de la question.
Citant une déclaration des ministres de l’Uemoa reprise par une dépêche de l’Afp datée de juillet dernier, le directeur de la Recherche de l’Ipar note que le chômage très élevé des jeunes menace l’avenir de l’Afrique. « Il y a 17 millions qui arrivent sur le marché du travail en Afrique subsaharienne. Ce problème doit être pris au sérieux », a-t-il affirmé.
Pour lui, la faible productivité agricole est une équation, ajoutant que même si ce secteur est très actif, sa contribution au niveau du Pib est de 10 à 20 % dans certains pays. « Les jeunes et les femme sont les victimes du chômage », a-t-il laissé entendre.
Ibrahima Hathie est d’avis qu’il faut écouter la voix des jeunes avant de préciser que l’Université de Dakar, telle qu’elle fonctionne  aujourd’hui, ne permet pas aux jeunes de s’insérer dans le secteur de l’emploi.
Pour sa part, le président du Comité scientifique du 15ème Sommet de la Francophonie, El hadj Hamidou Kassé, a indiqué que la question de l’emploi est devenue universelle.
« Elle se pose dans tous les pays, en particulier dans l’espace francophone. Elle est évidente. Cette question est devenue une bombe à retardement », a affirmé M.  Kassé, soutenant que l’emploi pose la dignité de l’être humain. « Les affres du chômage maintiennent l’individu dans la dépendance ; on peut tomber  dans les tentations des groupes les plus extrémistes. Cette question est au centre des préoccupations », a indiqué l’ancien directeur général du quotidien national « Le Soleil ».

Serigne Mansour Sy CISSE

Plaidoyer pour une implication effective des jeunes au Sommet de Dakar

Le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi a soutenu que la Francophonie est tenue de créer un espace privilégié pour les femmes et les jeunes, si elle veut s’orienter vers des perspectives meilleures. Mame Mbaye Niang s’exprimait, hier, à l’ouverture du Forum des jeunes francophones à Dakar.
Mame Mbaye Niang souhaite une grande implication des jeunes au cours  du  prochain sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie prévu, en novembre, à Dakar. Le ministre sénégalais de la Jeunesse souligne que cette frange représente la grande majorité de la population des pays de l’espace francophone. « Compte tenu de leur poids démographique, les jeunes  constituent, avec les femmes, un baromètre pertinent de la réalité sociale et des changements des sociétés contemporaines »,  relève-t-il. C’est fort de cette conviction que son département, dit-il, a  laissé l’initiative de l’organisation de ce Forum au Conseil national de la jeunesse du Sénégal.
Se prononçant sur le choix du thème portant sur « Forum international des jeunes francophones : l’avenir en face », M. Niang affirme que c’est une réponse aux préoccupations de grande envergure liées aux problèmes dont font face les jeunes, à savoir la crise de l’emploi, la perte des valeurs… Dès lors, déclare-t-il, l’on doit affronter l’avenir et réfléchir sur les solutions de ces multiples questions. Le ministre soutient que le gouvernement du Sénégal sera très attentif aux conclusions et recommandations qui sortiront des travaux du XVème Sommet de la Francophonie.
« En organisant ce rendez-vous international, les jeunes francophones, en général, et ceux du Sénégal, en particulier,  créent volontairement un espace de dialogue et de concertation entre eux, les décideurs et experts,  aux fins de rendre visible leur grande contribution aux thématiques phares du XVème Sommet », se réjouit Mame Mbaye Niang.

Pour découvrir les images du forum cliquez sur le lien ci-dessous

Collectif des participants au forum jeunes francophones

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget