lundi , 23 octobre 2017
Entretien exclusif : « Depuis le protocole de 2014, l’Etat du Sénégal a beaucoup fait pour les enseignants… Nous demandons par conséquent à ces derniers de faire des concessions »

Entretien exclusif : « Depuis le protocole de 2014, l’Etat du Sénégal a beaucoup fait pour les enseignants… Nous demandons par conséquent à ces derniers de faire des concessions »

Allons-nous vers une année scolaire perturbée ? En tout cas si on en juge les préavis de grèves déposés sur la table du Ministre par la plupart des syndicats, tous les ingrédients sont réunis pour une année scolaire de confrontations. Les syndicats d’enseignants, on le sait, exigent le respect des accords signés. Mais selon, M. Mohamed Moustapha DIAGNE, Directeur de la Formation et de la Communication du MEN « Depuis le protocole de 2014, l’Etat du Sénégal a beaucoup fait pour les enseignants… nous demandons par conséquent à ces derniers de faire des  concessions »Il revient pour Dakaractu sur l’affaire Yawuz Selim, sur les avancées notoires sur beaucoup de points du fameux protocole et sur les assurances du Ministère quant au respect des engagements.

AFFAIRE YAWUZ SELIM 
Ce n’est ni une question politique, encore moins un débat juridique; c’est une décision diplomatique prise par le Chef de l’Etat qui a arbitré  en faveur d’un Etat : il ne pourrait en être autrement car il s’est agi de prendre en compte l’intérêt de la majorité des sénégalais. En tout état de cause, le débat est clos par le Président de la République. C’est nous qui l’avons élu, laissons-le nous gouverner.
LE RESPECT DES ENGAGEMENTS, QU’EST-CE QUI BLOQUE ?  
Depuis le protocole de 2014 l’Etat du Sénégal a beaucoup fait pour les enseignants :

  • L’opération coup de poing a permis à la fonction publique de produire des milliers d’actes : intégration, reclassement, avancement, validation
  • Des milliers d’enseignants ont été mis en solde
  • Des rappels d’intégration et de validation sont régulièrement payés aux enseignants
  • Depuis 3 années, c’est plus de dix mille instituteurs adjoints qui ont subi la formation diplômante dans les CRFPE (centres régionaux de formation des personnels de l’Education)
  • Les titulaires de diplômes spéciaux bénéficient d’une formation à la FASTEF
  • Des centaines de titres de propriété ont été délivrés à des enseignants dans les ZAC pour leur permettre d’accéder à la terre.

Ces exemples illustrent parfaitement le niveau de respect des engagements de l’Etat du Sénégal. Maintenant il y a un facteur bloquant relatif au point sur l’alignement de l’indemnité de logement de l’enseignant sur celles des autres agents de l’Etat. C’est une question très difficile qui demande des disponibilités financières conséquentes. Notre budget est fondé sur les principes de précaution et de sincérité et ne doit pas s’éloigner des critères de convergence économiques et financière de l’UEMOA. Pour le budget 2018, le Sénégal va grimper à 39%  au lieu de 35% des recettes, pourcentage recommandé par l’UEMOA.
Notre pays ne peut pas prendre de décisions qui déséquilibrent totalement la masse salariale et qui conduisent à des situations de cessation de paiement. Le Chef de l’Etat, très soucieux de la situation de l’enseignant  a commandité une étude sur le système de rémunération et de motivation des agents de l’État, le pré-rapport est disponible et a été partagé avec les organisations syndicales. Il nous faut  attendre que le gouvernement ouvre des négociations qui permettront de discuter des propositions.
LES ASSURANCES DU MEN POUR UNE ANNÉE SCOLAIRE APAISÉE
Le Ministre de l’Education nationale a inscrit dans son agenda des rencontres mensuelles avec les syndicats et tous les acteurs du système éducatif pour l’évaluation et la diligence dans l’exécution des engagements. En outre les rencontres de Saly nous permettent d’harmoniser nos compréhensions des problématiques et de garder la communication dynamique. le Ministre de l’Education nationale met tout en œuvre en vue d’un système éducatif apaisé et de qualité : gestion démocratique et transparente des ressources, construction d’écoles élémentaires, de collèges, de lycées, de BTS (blocs scientifiques et technologiques ) pour faire face à l’accès, formation des enseignants et de tous les personnels de l’éducation ; appui au haut conseil du dialogue social-secteur éducation, mise en place du grand prix du chef de l’État pour l’enseignant, cérémonie de remise de diplôme aux élèves-maîtres sortants.
Le gouvernement du Sénégal reste ainsi attaché à la promotion des enseignants pour une école de qualité. Le Président Macky Sall a demandé au gouvernement de maintenir un dialogue permanent et franc avec tous les acteurs du système éducatif. C’est pourquoi tous les ministères impliqués rencontrent régulièrement et à tous les niveaux les partenaires sociaux pour la résolution des problèmes.
APPEL AUX ACTEURS DU SYSTÈME ÉDUCATIF 
Nous appelons tous les acteurs du système éducatif (enseignants, parents d’élèves, élèves, société civile) à œuvrer pour préserver le climat apaisé qui règne dans l’école depuis l’année dernière. Le Gouvernement continuera à consentir des efforts en faveur des enseignants ; nous demandons par conséquent à ces derniers de faire des  concessions en gardant à l’esprit que nous sommes un pays sous développé et aux ressources limitées. Cependant notre ambition pour l’émergence reste forte et active.

 

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget