mercredi , 24 mai 2017
Développement des sociétés du sud : Enda Tm prône le modèle de l’économie solidaire et sociale

Développement des sociétés du sud : Enda Tm prône le modèle de l’économie solidaire et sociale

Le réseau Enda-Tiers monde s’engage pour une promotion de l’Economie solidaire et sociale (Ess) qu’il considère comme une des alternatives face aux « limites » du modèle capitaliste. Un colloque sur la question s’est tenu, lundi, en présence de plusieurs spécialistes de développement économique qui ont passé au crible les contours de ce modèle.
« Rôle et portée de l’économie populaire, sociale et solidaire dans la transformation structurelle des économies et sociétés du Sud » est la thématique développée lors d’un colloque organisé par le réseau international Enda-Tiers monde. D’emblée, le directeur du Laboratoire de recherche sur les transformations économiques et sociales (Lartes) a expliqué que l’économie sociale et solidaire regroupe les organisations privées ou publiques ayant pour objectif de concilier activité économique et utilité sociale. Ces structures de l’économie sociale adhèrent à des principes fondateurs, parmi lesquels la recherche d’une utilité collective et le souci d’éthique et de valeurs.

Pour la présidente du Conseil d’administration d’Enda-Tiers monde, Mariam Sow, l’économie sociale et solidaire doit « absolument » être un modèle de rechange par rapport à l’économie libérale. Car, a-t-elle justifié, « dans nos pays, elle n’est plus confinée aux marges de l’économie et elle a démontré sa capacité à transformer structurellement nos sociétés ». A ce titre, Mme Sow a relevé le fait que les autorités du Sénégal aient jugé nécessaire de créer un ministère délégué chargé de la Microfinance et de l’Économie solidaire est une belle illustration.

Dans la même veine, le secrétaire exécutif d’Enda-Tiers monde, Moussa Mbaye, a, pour sa part, soutenu que l’Ess met en lumière les innovations portées par des secteurs et acteurs ayant évolué en marge du système dominant. Il a également indiqué que cette structure est porteuse d’une approche de développement de l’intérieur des sociétés dominées. Mieux, a-t-il poursuivi, ce modèle économique qui contribue au développement durable promeut le tissu associatif et doit assurer une plus grande égalité des chances grâce à des systèmes éducatifs alternatifs.
« L’Ess est un facteur de stabilité sociale, de diversification de la structure économique et de redistribution des revenus », a déclaré M. Mbaye. Il a souligné que la crise du modèle libéral libère donc la réflexion sur d’autres modèles économiques comme celui d’Ess.

Enda Tm, dans une étude publiée, a fait remarquer que si le concept d’économie sociale et solidaire fait son chemin dans le contexte européen et américain depuis quelques années, il n’est pas encore entré dans les usages en Afrique et dans beaucoup de pays du Sud. « Il est étranger dans le discours des acteurs de développement », a constaté Enda.
Estimant que le concept d’économie sociale et solidaire a l’avantage de fédérer un champ large dans lequel les entrepreneurs sociaux, préoccupés à survivre et s’insérer professionnellement et socialement, trouvent la jonction de leurs pratiques innovantes. Le même document mentionne que les pratiques d’économie sociale et solidaire se situent au cœur des dynamiques de la transformation sociale dans un contexte de finitude du modèle néo-libéral. « Nous vivons sous un modèle de production, de commerce et de consommation qui favorise la concentration du pouvoir économique et politique entre les mains d’une élite, qui donne la priorité à la surconsommation et à la rentabilité », selon Enda.

Moubarack Lô, statisticien-économiste : « La transformation et l’émergence doivent être également sociales »
De l’avis de Moubarack Lô, statisticien-économiste, le concept de transformation structurelle ne peut être uniquement appréhendé sous l’angle économique. Il a expliqué que les citoyens d’un pays qui émerge doivent sentir dans leur vie quotidienne que leur bien-être s’améliore et que des opportunités nouvelles d’éducation, de santé, d’emplois et de revenus se présentent pour eux. « La transformation et l’émergence doivent également être sociales », a estimé l’économiste. Selon lui, il est « crucial » de promouvoir l’inclusion de toutes les couches dans la dynamique de transformation structurelle, à travers le renforcement de leur capacités (alphabétisation, éducation), la protection sociale pour tous, la modernisation des méthodes de production agricole, la diversification des activités au niveau rural, le développement du microcrédit et l’accès aux marchés dans une logique de commerce équitable.

Le soleil

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget