jeudi , 27 juillet 2017
Concours sciences, technologies, mathématiques : Les élèves Ndèye Astou Kébé et Yaye Sally Tall, championnes nationales

Concours sciences, technologies, mathématiques : Les élèves Ndèye Astou Kébé et Yaye Sally Tall, championnes nationales

L’édition 2017 du concours Sciences, technologies et mathématiques a livré ses résultats lundi dernier à Dakar. Sur la dizaine de projets sélectionnés, deux sont jugés les plus pertinents. Il s’agit de celui présenté par l’élève Ndèye Astou Kébé, de la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée, et de celui de Yaye Saly Tall, du lycée El hadji Ibrahima Diop de Yeumbeul. Ces deux élèves vont représenter le Sénégal à la Conférence internationale sur l’éducation des filles prévue à Lusaka en août prochain.

Dans la plupart des pays africains, les filles ne participent pas activement aux filières scientifiques et technologiques. Au Sénégal, seuls 30 % des élèves embrassent les disciplines scientifiques contre 70 % pour les séries littéraires. Pour renverser la tendance et amener plus de filles à aimer les filières scientifiques et technologiques, beaucoup d’initiatives ont vu le jour dans notre pays.

C’est dans ce contexte que le Forum des éducatrices africaines (Fawe) a mis sur pied le programme Sciences, technologies et mathématiques (Stem) en 2004. Selon la présidente de Fawe/Sénégal, Anta Bass Conté, l’objectif de ce programme est d’amener le maximum de filles à aimer les séries scientifiques et à améliorer leurs résultats dans ces disciplines. « A travers ce programme, beaucoup d’activités connexes sont développées, notamment l’organisation de journées scientifiques, de cours de rattrapage pour les élèves en difficulté, de camps scientifiques. A cela s’ajoute la formation des enseignants afin de les doter de compétences dans le domaine du genre et à l’utilisation des Tic dans les enseignements », a précisé Mme Conté.

Le concours Stem est également une plateforme qui permet aux élèves filles de tester leur esprit en matière de créativité, de technologie et d’innovation, par le biais de projets sélectifs, prenant en compte la dimension genre. Ainsi, le concours a été ouvert dans les 16 académies du pays pour permettre aux candidates des 10 écoles partenaires de pouvoir compétir.

Les 10 meilleurs projets, présentés par les élèves filles finalistes, ont fait l’objet d’une sélection nationale lundi dernier. Après analyse et évaluation suivant les critères définis par le jury, le projet de Ndèye Astou Kébé, élève en classe de 1ère S à la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée, a été retenu comme le plus pertinent. Il porte sur « la production d’énergie électrique à partir des vagues ». Elle est suivie par Yaye Saly Tall, élève en classe de 1ère au lycée El Ibrahima Diop de Yeumbeul. Son projet a porté sur « l’aménagement du lac de Thiouroure, dans la banlieue de Dakar ». « La finale n’a pas été facile, mais nous avons donné le meilleur de nous-mêmes pour mériter cette performance. Nous espérons revenir au pays avec beaucoup de succès », a laissé entendre Ndèye Astou Kébé. Ces deux élèves vont représenter le Sénégal, à Lusaka (Zambie), à la Conférence sur l’éducation des filles dont le thème est : « Vers l’égalité des sexes dans le secteur de l’éducation/positionner les jeunes pour défendre le programme d’éducation en Afrique ». Cette conférence qui marque les 25 ans de Fawe va enregistrer plus de 400 participants devant les 36 antennes de Fawe.

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget