jeudi , 30 mars 2017
APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT MOYEN A DAKAR : L’ADEM/DAKAR RENFORCE LES CAPACITES DES ACTEURS DECONCENTRES

APPUI AU DEVELOPPEMENT DE L’ENSEIGNEMENT MOYEN A DAKAR : L’ADEM/DAKAR RENFORCE LES CAPACITES DES ACTEURS DECONCENTRES

Le Projet d’appui au développement de l’enseignement moyen dans la région de Dakar organise depuis le début de la semaine, à Saly-Portudal, un séminaire inaugural de l’intervention de l’expertise en appui à sa composante 2. Celle-ci a comme  objet l’amélioration des capacités des acteurs déconcentrées (Inspections d’Académie, inspections de l’éducation et de la formation, formateurs de formateurs  et chefs d’établissements). Les questions de renforcement des capacités et des constructions scolaires sont aussi au menu de la réflexion ainsi que celles liées au pilotage du sous-secteur et des établissements, dans une logique de contrat de performance.
Selon les initiateurs de la rencontre de Saly-Portudal, celle-ci intervient dans un contexte assez symptomatique pour la région de Dakar. Pour cause, notent-ils, Dakar occupe la queue de peloton au Bfem (ce qui n’est le pas cas du Cfee et du Bac qui voit la région détenir 53% des mentions) et rencontre moult problèmes et difficultés dans le cycle moyen.  Le diagnostic s’attend donc à une volonté de faire prospérer les filières scientifiques dans les collèges et lycées pour s’inscrire dans une dynamique de renverser la tendance qui voit 70% des étudiants de Dakar dans des filières littéraires ou commerciales.

Les causes de ces résultats catastrophiques eu Bfem et les efforts de relèvement du niveau des élèves ont poussé l’Adem a rassembler, à Saly-Portudal, les Ia, les Ief, les chefs d’établissements et les collectivités locales pour définir en relation avec le consortium Sofreco-Awadia, les voies et moyens appropriés pour gérer les questions de liquidation des abris provisoires et le renforcement des capacités des enseignants et élèves dans les matières scéniques particulièrement en maths, sciences physiques et sciences de la vie et de la terre.

Pour M. Ndiaye, la coordinatrice de la composante 2, les premières actions à initier ont trait à l’appui à des projets d’établissements sélectionnés sur appel à projets, et tout autant à la mise en place d’une politique concertée de maintenance des établissements du moyen et du secondaire avec les collectivités locales.  A sa suite, le premier adjoint au maire de Pikine, chargé des questions d’éducation et de la formation, qui a indiqué que l’Acte III de la Décentralisation intervient avec de nouvelles compétences octroyées, s’est réjoui de l’accompagnement technique en gestation pour le relèvement de l’éducation à travers le projet.

Selon lui, les collectivités locales de Dakar partent pour être porteurs du projet par rapport au développement du secteur éducatif dans le pays. Quant à l’Inspecteur d’Académie de Rufisque, il a tenu à faire savoir que la rencontre de Saly vient à son heure. L’ambition d’une meilleure qualité et d’une équité dans l’éducation qui demeure une volonté affichée du gouvernement est couplée ici avec l’initiative de renforcer les apprentissages dans l’enseignement des sciences et des mathématiques. Pour autant, il juge d’étape cruciale la matérialisation du Projet d’appui au développement de l’enseignement moyen dans la région de Dakar.

Sudonline

A propos de Luxmealex

Toute l'actualité sur l'éducation, la formation et l'entrepreneuriat

Get Widget